A d’autres! Je ne vote pas

HUMEUR DU JOUR

A D’AUTRES! JE NE VOTE PAS

Ces élections européennes se tiennent sur les décombres d’un mouvement citoyen, populaire, pacifiste et progressiste, mouvement que j’ai soutenu dès le début sans état d’âme en tant qu’il constituait une promesse d’avenir; celui de mes potes les gilets jaunes. Tout a été mobilisé pour le réduire à néant, tant il dérangeait, innovait, inquiétait.
C’est une mauvaise passe, mais gageons que l’esprit Gilet Jaune survivra, avec les mêmes et avec d’autres; en jaune ou sous d’autres couleurs; avec et après Macron.
Je pousse en liberté dans les jardins mal fréquentés aurait dit mon pote Brassens.
Je ne marche pas dans la combine du pouvoir qui nous présente ces élections comme décisives pour l’avenir du pays, qui nous met en ordre de bataille contre le péril que vous connaissez et qui menacerait l’existence même de la France, qui déploie tous les moyens médiatiques pour soutenir sa stratégie, qui bien sûr, mobilise tout le gouvernement pour sauver le soldat Macron, gouvernement dans l’allégeance totale et où aucune voix ne manque. Les ministres deviennent des appariteurs à la pêche aux voix. Plus c’est gros, plus ça passe, et le ridicule ne tue pas malheureusement.

A d’autres!

Dès le début du mouvement, j’avais perçu que Jupiter était trop pressé, un péché de jeunesse, peut être aussi d’inculture poltique qui est le propre du métier de banquier, « Chez ces gens-là, on ne pense pas, on compte ».
C’est tellement vrai que jamais le pays n’a eu droit à autant de sondages qui pointent le danger : on baisse, on fait jeu égal, on remonte… Ce faisant, on manipule, on avertit, on culpabilise le peuple ; votez, c’est vital, et faites le bon choix.

A d’autres!

En réalité, ces élections n’ont aucune espèce d’importance. On n’a jamais vu le parlement européen inverser la donne sur quelque sujet que ce soit.
A Bruxelles, on ne badine pas avec la question de l’autorité. La commission Européenne et surtout son président, sont le coeur du vrai pouvoir. Les députés apparaissent comme des rentiers fainéants qui souvent utilisent les sous pour l’intérêt personnel, toutes tendances confondues.

A d’autres!

Il est important de contrecarrer le dessein de la macronie, un échec cuisant, ou au pire le score le plus faible seraient une bonne chose pour le pays. Sinon, la jeunesse aidant, on est parti pour un calvaire qui risque de durer. Peut-être pas autant que le règne de la momie algérienne, mais quand même.
L’Algérie est unique, en tout, le pire comme le meilleur qui semble se dessiner.

A d’autres!

Je n’aime pas le manichéisme, surtout quand c’est le pouvoir qui l’initie. Si c’est pas LREM, c’est le RN des héritiers. Pour ne rien vous cacher, je n’aime pas les héritiers, quels qu’ils soient : l’acteur (trice) qui a hérité de ses parents, la mise en scène, les carrières des médias, le chanteur (se), la politique et la philo, aussi la cariière religieuse (Ghaleb Bencheikh qui veut succéder à son père à la mosquée de Paris).
Au lycée Jughurta à Constantine, Mr. Siméon qui était mon prof de sciences naturelles, ne nous avait pas parlé de cet aspect de la génétique. Alors, Oubli ou complot?

A d’autres!

Le RN, c’est un produit, comme l’islamisme, du système. N’oublions pas que le grand orfèvre de la promotion du front national de papa fut un certain Mitterrand, un roi fainéant qui jouissait du pouvoir pour le pouvoir. Et qui avec l’abolition de la peine de mort, et les grands travaux, croyait la postérité acquise. N’est pas De Gaulle qui veut.
Pour qui a un minimum de jugeote, les passes d’armes passées en boucle à la télévision, entre Marine et Jupiter sont d’un grotesque inédit, on n’a jamais fait mieux. Chacun fait tout pour que le match à deux se rejoue « je te tens, tu me tiens par la barbichette ».

A d’autres!

On m’a dégoûté de la gauche, qui a pour seule stratégie de remplacer le prolétariat qu’elle a perdu par les islamistes, c’est honteux.
J’ai horreur de l’écologie qui s’habille avec du vert, comme Paname qui quand elle s’habille avec du gris, les couturiers n’ont qu’un souci c’est d’fout en gris toutes les souris.
Les monopoles basta! La nature, les animaux, l’air, l’eau, c’est la seule propriété collective.

Qu’est-ce qui reste? J’ai quelque sympathie pour la vraie droite gaulliste, elle n’est pas représentée. JE NE VOTE PAS.

Ma supplique : puisse cette pensée de NIETZSCHE exprimée dans « le crépuscule des idoles, la philosophie au marteau » se concrétiser : « Il y a de la force de guérir même dans la blessure ».

Tout le monde descend, c’est la fin du voyage; le bureau de vote est au coin de la rue pour ceux qui tiennent à accomplir leur devoir.

par Khaled Slougui

Suivez-nous