La mort de l’égyptien Morsi

LA MORT DE L’EGYPTIEN MORSI.

Je le dis sans complexe aucun, comme je l’ai dit pour Abassi Madani l’algerien : Allah la yrahmou ( aucune paix a son ame). Beaucoup risquent de s’offusquer de mon positionnement, y compris parmi des amis, il est hors de question de m’en excuser, je persiste et signe.
Je rappelle que lors de la decennie noire en Algerie, j’ai soutenu sans ambiguite l’arret du processus electoral et j’ai pris clairement le parti de l’armee contre les islamistes.
De la meme façon, j’ai applaudi la destitution de Morsi par l’armee en Egypte. Le caractere dictatorial et crapuleux du regime passe en seconde position quand l’objectif est d’extirper le cancer islamiste. Pas de democratie avec les ennemis de la democratie ( consideree comme peche (KUFR) ) par les islamistes, ni de liberte pour les ennemis de la liberte, disions-nous en Algerie. Je reste sur cette position.
L’existence de partis sur une base religieuse est une inepsie, une heresie dans les pays arabes.
Pour la simple raison que la religion n’est la propriete de personne, il est donc inconcevable que des partis entrent dans la competition electorale democratique en s’attribuant, a Dieu ne plaise, le monopole de la religion.
Apres son election Morsi a declare « Inchallah hanangah » (avec l’aide de Dieu, nous reussirons), c’est a dire qu’il avait comme seul programme de gouvernement la volonte d’Allah.
L’Egypte historique est une grande nation; amie de la raison, elle l’a ete dans le passe et elle le redeviendra dans l’avenir.
Elle surmontera les problemes du moment, en s’inscrivant resolument dans la mondialite.

KSL

par Khaled Slougui

Suivez-nous