Mon coup de gueule

MON COUP DE GUEULE 01/04/2020

J’ai l’habitude d’appeler Macron par le surnom de « jupiter », mais une amie du groupe « Tous concernés, tous acteurs » fait mieux, elle lui a collé le qualificatif « Freluquet », il fallait le trouver.
j’ai estimé que c’étai pertinent au double plan physique et intellectuel.
Physiquement, je l’ai toujours trouvé trop gamin, « blanc bec », pour incarner la fonction de président, même s’il veut se donner l’air.
Sur le plan intellectuel, contrairement à ce que prétendent ses courtisans, il n’est d’aucune consistance; à part que lorsqu’on évolue parmi le personnel de la Macronie, des aveugles en puissance, il n’est pas difficile de passer pour le roi, même si on est borgne. En tout cas, moi, je ne l’ai jamais pris au sérieux.
« Je note l’augmentation incessante du taux de crétins diplômés dans le haut de la structure sociale….Et au gouvernement en particulier! » Déclarait récemment Emmanuel Todd, un observateur avisé de la vie politique et un fin analyste.
La dernière sortie de « Freluquet » sur les irresponsables qui demandent des comptes au lieu de jouer l’unité nationale m’a fait sortir de mes gonds, et mon sang n’a fait qu’un tour, d’où mon coup de gueule. Voici donc :

1 – En général , je suis clair dans mes positions, et les gens me cernent très rapidement, sauf ceux qui sont de mauvaise foi : le double discours, le « en même temps », plaire à tout le monde, sont des « qualités » que je n’ai pas et je m’en porte bien.
Dès qu’il y a eu le début de polémique sur la chloroquinine, des ami(es) m’ont invité à rejoindre le groupe de soutien au professeur Didier Raoult.
Sans formalisme aucun, j’ai accepté.

2 – Je fais partie donc du groupe de soutien au professeur Raoult.
Dans une chronique passée, j’avais insisté sur l’idée que son tort est de ne pas appartenir aux lobbys pharmaceutiques et aux concepteurs de la politique de santé menée jusqu’à présent par les pouvoirs successifs depuis 40 ans.
Un économiste averti avait précisé que Macron n’a été élu que pour défaire le modèle social français,c’est la traduction concrète de toutes les réformes engagées dès le début de son mandat. Le retour sur l’indemnisation du chômage et la dite réforme des retraites, la privatisation de l’aéroport de Paris, de la SNCF… en sont quelques axes.

3 – On a fusillé le professeur Raoult, l’ennemi des contrebandiers de la santé. Journaleux, plumitifs, médecins serviles, et même pédophile patenté, personne ne manquait à l’appel.
Depuis Marx, on savait que le capital pourrit tout, mais jamais à ce point. La santé n’est pas une marchandise, c’est un droit avec lequel les charognards et les prédateurs ne doivent pas jouer.
Et si aujourd’hui, la crise générée par le coronavirus, révèle la fragilité du secteur de la santé, cela n’est que le corollaire de la casse de la santé publique et de toutes les politiques néolibérales menées par le pouvoir.
Et c’est ce même pouvoir qui a été sourd aux demandes des médecins, des infirmiers, des aide-soignants, les réprimant même, qui, aujourd’hui, les remercie pour leur sens du devoir et du sacrifice. Mais quel cynisme?

4 – Au lieu de nous gonfler avec l’appel à l’unité nationale, le Président serait bien inspiré d’imiter son homologue grecque : elle a entériné la décision qui demande aux ministres et parlementaires de donner 50% de leur salaire pour la lutte contre le corona virus. Les Paroles, Basta.
Et puis franchement, pour avoir soupé comme tous les algériens de l’unité nationale érigée en valeur suprême du pays par les ténébreux du FLN et les islamistes, je deviens réfractaire à cette idée qui n’est en fin de compte qu’un moyen au service des dominants qu’ils mobilisent lorsque les choses se gâtent pour eux.
En effet, en début de mandat, la Macronie était dans une forme d’arrogance et de mépris qui fait oublier que le peuple et la nation existent.

5 – Pour revenir au corona virus.
Raoult n’est pas un gourou et il n’a jamais dit que la chloroquine était un remède miracle. C’est le lobby pharmaceutique qui fait tout pour le décrédibiliser. Nul n’est prophète en son pays.
Comment des médias peuvent procéder pour dézinguer un professionnel, en chuchotant, boycottant, en faisant parler ses détracteurs ou en menant des cabales, est un secret de Polichinelle.
Un professeur urgentiste a souhaité ce matin qu’on accélère la production de la chloroquine. Les malades ne mourront pas de chloroquine, mais d’absence de prise en charge. Un espoir selon moi, sans verser dans l’euphorie.
Question de bon sens : combien de personnes sont mortes d’ usage de la Chloroquine? Un vieux de 84 ans sur 2400 contaminés traités. Combien de morts à cause d’un manque de prise en charge à temps par les autorités sanitaires? 3500 sous réserve que les chiffres ne soient pas sous-estimés.

6 – Coronavirus : Pour l’urgentiste Christophe Prudhomme, le transfert des patients en TGV ou en hélico, « c’est du spectacle ». Il y a des hôpitaux fermés qu’il faut ouvrir afin d’y transférer des respirateurs et du personnel. Il dénonce le bricolage du gouvernement.
Transfert de 2 malades en hélicoptère coût 600.000 euros !! transfert de 2 respirateurs par la route 300 euros .. on m’explique pourquoi ce cirque médiatique inutile !!!
A répondu un ami à un de mes tweets.

Conclusion :
Darmanin, fidèle à son maître, appelle les citoyens à alimenter par des dons une caisse de solidarité avec les entreprises, ce à quoi j’ai répondu : chiche qu’il donne l’exemple, proportionnellement à son revenu; qu’il renonce avec ses collègues aux privilèges exorbitants dont ils bénéficient pour participer noblement à cet effort de solidarité.
La rhétorique de Freluquet ne doit pas nous impressionner, mieux encore, elle doit nous préparer au jour d’après, celui où le peuple demandera des comptes et où des têtes tomberont.

Ouf! de parler de cette saloperie de virus et de sa gestion par le pouvoir m’a vidé.
Un peu d’air!
un aphorisme : « Les lois sont un filet qui ne capture que les petits criminels ». A méditer.

La matinée est presque terminée, tant mieux. Après!!!!!

 

 

 

 

 

 

par Khaled Slougui

Suivez-nous