Peut-on vacciner contre la crédulité?

HUMEUR DU JOUR

PEUT-ON VACCINER CONTRE LA CREDULITE?

Chers amis aujourd’hui, je vous convie à voyager avec moi, puisque le dernier a été apprécié.
Nous embarquons vers Toulon, je dois y animer ce matin un café philosophique autour de la connaissance des religions, avec une mention spéciale sur le lien laïcité-citoyenneté.
Le titre, je le dois à un scientifique de l’AFIS (physicien de son Etat) qui s’investit beaucoup avec nous dans notre association anti-sectes (le GEMPPI).
Dans un de nos colloques, il a fait une intervention magistrale qui avait pour titre : « Peut-on vacciner contre la crédulité? » Nous avions passé un moment de pure jouissance avec lui. L’on était alors dans le délire comme trait de noblesse, celle de l’Esprit, s’entend.
Concrètement, le message que j’essaierai de faire passer ce matin à mon public, c’est la laïcité est doublement émancipatrice :
– Elle garantit aux croyants la liberté de religion, mais aussi la liberté vis-à-vis de la religion : nul croyant ne peut être contraint par le droit au respect de dogmes ou prescriptions religieuses.
– La laïcité sépare le politique du religieux pour rassembler tous les membres de la société dans la garantie partagée des mêmes droits.
Par ailleurs, j’ ai exprimé cela en termes de droit à la différence, certes, mais sans oublier le droit à la différence de sa différence : musulman à ma façon! Ai-je l’habitude d’affirmer.
Je termine cette HUMEUR par ce passage succulent de notre très grand Mohamed Arkoun :
A l’encontre des dogmes contraignants des religions révélées, il est intéressant de noter, à titre comparatif, la liberté prêchée par Boudha vis-à-vis de tout enseignement dogmatique.
 » Oui, Kalamas, il est plus indiqué que tu aies du doute, que tu aies de la perplexité, car un doute est apparu dans une matière qui est douteuse. Maintenant, regarde Kalamas par toi-même : ne te laisse pas entraîner par des propos rapportés, par la tradition ou les « on dit ». Ne te laisses pas mener par l’autorité des textes religieux, ni par la seule logique ou inférence, ni par la considération des apparences, ni par le délice des opinions spéculatives, ni par des possibilités apparentes, ni par l’idée : « voir notre maître ».
Mais Kalamas, quand tu sais par toi-même que certaines choses sont malsaines, et fausses et mauvaises, alors abandonne-les… Et quand tu sais, par toi-même que certaines choses sont saines et bonnes, alors accepte-les et suis-les ».
Tout le monde descend, le voyage est terminé.
Oh putain!
Je vais être en retard!

Bon délire en ma compagnie!

par Khaled Slougui

Suivez-nous