Qui es-tu femme énigmatique?

QUI ES-TU FEMME ENIGMATIQUE ? 23/03/2020

Arte est une chaîne que j’aime bien. Quand je la regarde, j’ai l’impression d’être moins idiot, et « je ne veux pas devenir idiot », aurait dit Brel.
Il y a trois semaines, on nous a gratifiés d’une émission sur Jean Ferrat. Mon Dieu que de souvenirs!
Et hier c’était autour de Barbara de nous régaler.
Il n’en a pas fallu plus pour que je décide de vous inviter à délirer avec moi autour de ma lettre à Barbara. Cela va faire bientôt une année que je l’ai publiée, je la reprends telle quelle, même si en en général, je rafraîchis les textes que je rediffuse.
Mais avant, une brève remarque : d’aucuns m’ont dit publiquement qu’ils sont devenus addicts ou presque à mes délires, je voudrais les rassurer sur deux choses : primo, je ne fais pas ça pour un intérêt quelconque, et d’ailleurs le délire est plus une tare qu’un atout pour la pensée dominante et la médiocrité, la stupidité qu’elle charrie.
Secundo, je puis vous assurer que le délire n’a rien à voir avec quelque virus que ce soit, vu qu’il n’a pas de consistance physique; il se meut entre neurones et ventricules, dans une configuration abstraite.
Alors oui! délirez sans modération avec moi, la tête de ma mère, il n’y aura aucun risque ni pour vous ni pour les gens que vous pourriez contaminer.

Voici donc :
QUI ES-TU FEMME ENIGMATIQUE?
ADRESSE A BARBARA

Ma chère amie, l’amitié c’est toujours malgré…C’est jamais à cause de…Et c’est dans cette acception de l’amitié que je m’adresse à toi.
J’en ai rien à foutre! Tu pourrais m’envoyer balader, en trouvant peut-être prétentieux que je m’adresse à toi de cette façon : qui suis-je pour me le permettre?
Voici toute la vérité : Hier, j’ai fait un rêve étrange et pénétrant à ma façon, j’ai vu un aigle noir qui avait une apparence humaine, féminine, dois-je préciser.

Un beau jour ou peut-être une nuit
Près d’un lac, je m’étais endormi
Quand soudain, semblant crever le ciel
Et venant de nulle part surgit un aigle noir…

Je n’ai pu m’empêcher de l’interpeller : qui es-tu femme énigmatique? A la façon de Baudelaire à son étranger. Or, il se trouve que c’est toi, celle qui m’a toujours fait rêver.
Je rêvais simplement d’être ton ami. Pas d’amour, les histoires d’amour finissent mal en général, dit la chanson.
Rappelles-toi De Musset et Georges Sand, une très belle histoire, mais qui n’a quand même pas duré, même si elle a été à l’origine d’une création littéraire fabuleuse « On ne badine pas avec l’amour ».
Donc de l’amitié, toute l’amitié, rien que de l’amitié! Ma chère amie.
Celle qui vient souvent par hasard, qui nous prend au détour d’un lieu bizarre, qui s’impose sans crier gare, qui n’est la possession de personne (putain, je déteste ce mot), celle qui exprime l’être et non l’avoir, le plaisir de partager, et non la joie de posséder, celle qui est de l’ordre de l’infini, et n’a de limite ni dans l’espace, ni dans le temps…
Je te fais une confidence, dernièrement, une amie a posté une photo de toi avec Brel, Votre sourire à deux était bouleversant.
Tu veux que je te dise! J’ai été jaloux dans le bon sens du terme d’une telle proximité, d’une telle complicité. Vous étiez beaux!
Ma belle, je dois partir retrouver des détenus pour philosopher avec eux sur Dieu et la laïcité.

Ma supplique : te retrouver, et te poser une question que l’immense Aragon a formulée dans un de ses meilleurs
poèmes : « Que sais-tu des plus simples choses? »
Une curiosité!

Je t’embrasse tendrement!
Je n’oublie pas de te remercier pour ton « Ma plus belle histoire d’amour c’est vous ».

Putain! Cela fait à peine une semaine de confinement, qu’en sera-t-il au bout de six semaines (45 j), c’est la durée qui circule un peu partout.

Mille excuses, j’ai oublié l’histoire succulente qu’une jeune algérienne a publiée sur sa page hier; Elle ne m’en voudra pas, j’espère, de la piquer :

« PAPA, J’EN AI MARRE DE NE PLUS VOIR MA MAîTRESSE.

par Khaled Slougui

Suivez-nous